Artemide


Refettorio Ambrosiano – Le Rôle de la lumière

prev
next

“Et Dieu dit : «Que la lumière soit» (Gen. 1,3) ! Le premier mot de Dieu créa la Lumière, dissipa les ténèbres, éloigna la tristesse, éclaira le cosmos, revêtit toute chose d’un aspect agréable et joyeux. En effet, le ciel apparut lui aussi, caché auparavant dans les ténèbres ; sa beauté apparut, si grande qu’à présent le regard peut témoigner lui aussi […]
[…] Quelles louanges pourrions-nous jamais prononcer, qui soient dignes de la lumière, à partir du moment où le Créateur lui-même l’a reconnue comme étant belle dès le début ?”
St. Augustin, La Cité de Dieu, 11,21-22

Artemide participe au projet du Réfectoire Ambroisien en l’éclairant de sa lumière. Une lumière discrète mais déterminante pour la perception de l’espace architectural comme lieu de communauté et de partage, de rencontre et d’échange, de relation et d’éducation réciproque.
En effet, le Réfectoire Ambroisien est un espace qui accueille des personnes pour les nourrir physiquement, intellectuellement et spirituellement par la beauté du lieu et de ce qu’il contient, aussi bien d’une nature matérielle qu’immatérielle. Nourriture, œuvres d’art, personnes, liens et relations, états d’esprit et situations de vie : ce sont tous de petits fragments de l’humanité que ce lieu recèle et que la lumière s’engage à stimuler et supporter.

À l’intérieur de l’espace architectural, où l’apport de lumière naturelle s’est avéré important et caractérisant aux différentes heures de la journée, l’intervention du lighting est conçue pour être aussi discrète et parfaitement intégrée qu’expressive et paysagiste. Comme accompagnement de la symphonie lumineuse, elle dialogue avec le rythme naturel, les comportements des présents et, en outre, elle fait office de support lorsque la lumière naturelle diminue. Le projet s’articule en particulier sur trois niveaux qui correspondent aux trois stades de perception de l’espace :

– l’entrée
– la cantine
– l’espace périmétral de la cantine.

À l’entrée, pour communiquer la signification spirituelle du lieu, une ample baie vitrée, se trouvant sur la façade Est, est réinterprétée par le ‘Maestro’ Mimmo Paladino, un rappel aux cathédrales gothiques comme temples de la lumière.
Par l’interaction avec la lumière naturelle/artificielle à une certaine heure du jour, les couleurs du verre créent de superbes reflets de lumière qui colorent l’espace de l’entrée.
Ce rendez-vous avec le soleil à une heure précise de la journée, qui se transforme tout doucement, qui change lentement durant l’année, devient une métaphore du lien qui unit l’homme au divin, à la nature et à son cycle continu dont il est partie intégrante.

Dans cet espace d’accueil, le projet de technique d’éclairage se matérialise en accents de lumière précis. Dans la zone centrale, les lampes Copernico, telles des sculptures lumineuses légères et flexibles dans l’espace, symbolisent la lumière diffuse de l’accueil : en effet, sous celles-ci, une table du partage sera placée, où on montrera et on échangera les produits ‘maison’ fait par les femmes du quartier. Latéralement, des deux côtés, les spots d’accent Una Pro soulignent, d’une part, l’œuvre de Gaetano Pesce comme rappel aux fonts baptismaux et, de l’autre, l’entrée du four.

Dans la cantine, sur les douze tables – îlots destinés à la nourriture physique – les lampes Nur, à part le fait de souligner l’aspect territorial de chaque source lumineuse, assurent une fonction paysagiste. Par leur forme en cloche caractéristique, elles sont disloquées dans l’espace cantine – deux par table – devenant le symbole d’un paysage, presque domestique, privé et recueilli.
Une zone de distribution de la nourriture complète la cantine, éclairée par des lampes Una Pro 75, enchâssées dans une saillie en cuivre, rappel matérique du grand four à l’intérieur des cuisines.

Par contre, le périmètre de la salle centrale est la surface destinée à l’éducation à la beauté et aux soins. Les œuvres d’art accrochées aux murs apaisent l’œil et l’esprit. D’un côté, des lampes spot Una Pro au plafond, disposées en L, mettent en scène la fresque de Cucchi, diffusant en même temps la lumière dans la pièce et soulignant les détails architecturaux des deux lunettes peintes au mur. De l’autre, Algoritmo, une lumière pure, intégrée dans l’architecture, s’exprime par son côté immatériel et balaie parfaitement le mur, diffusant en même temps sa lumière dans l’espace et soulignant ainsi une zone de passage à l’intérieur de la cantine.

Dans la partie inférieure du côté nord, interrompant la boiserie, quatre niches à la coupe vitrée saillante tels quatre espaces à penser marquent le front architectural. Pour ces espaces d’ouverture partielle vers l’extérieur, en particulier vers la cour de l’oratoire, on a pensé à une lumière linéaire périmétrale à la température de couleur chaude – Dedalo – qui signale visuellement le seuil entre l’intérieur et l’extérieur et se répand dans les niches tout en les transformant en lanternes pour l’espace urbain.

À part ces espaces, Artemide éclaire aussi la zone technique des cuisines par des spots étanches – de la famille Ego – et des éléments linéaires orientables intégrés – de la ligne LED.
C’est ici que l’on trouve la cheminée particulière et artistique en cuivre, soigneusement éclairée d’une façon rasante par des projecteurs orientables Ego Spot.
Pour les espaces techniques, de service et de connexion, on a installé Dioscuri, article à lumière diffuse en verre, de différentes tailles.

Grâce aux nombreuses contributions culturelles et artistiques, le Réfectoire Ambroisien se présente comme un lieu privilégié pour joindre chaque personne à travers le chemin de la lumière et de la beauté. C’est une voie qui ouvre vers la stupeur, l’interrogation et la contemplation.
Ainsi la beauté, but atteint par la “manifestation de l’ombre grâce à la lumière”, permet à ce lieu de se présenter comme un pont authentique et un espace libre pour avancer avec les hommes et les femmes de notre temps.

Artemide et le magazine Extérieurs Design vous attendent à l'événement "Jardins Jardin"
Artemide éclaire l’exposition “Light Trend 2015 Light & Happiness” d’Akari-Lisa Ishii et Motoko Ishii dans le cadre du salon MAISON & OBJET de Paris.